Le média spécialisé sur l'actualité de l'Espagne

PABLO CASADO ET LES DIFFÉRENTES FACETTES DU PARTI POPULAIRE

En 1886, Robert Louis Stevenson publiait son plus grand roman : L’Étrange Cas du Dr. Jekyll et Mr. Hyde. Ce livre montrait comment une personne pouvait développer deux ou plusieurs identités complètement à l’opposée l’une de l’autre, avec une façon d’agir totalement contradictoire.

La situation que le Parti Populaire et son leader, Pablo Casado, traversent est comparable à l’histoire racontée dans ce roman. Le PP est dans un bon moment, c’est indéniable. Large vainqueur des élections de Madrid, la croissance électorale au niveau national des conservateurs est suffisamment forte pour en faire la grande favorite des prochaines élections nationales. Cependant, derrière tous ces chiffres, il y a des données qui montrent la faiblesse de leur discours.

Actuellement, le PP se retrouve dans la même situation que celle vécue par le PSOE cinq ans auparavant. Alors que Mariano Rajoy était président, les socialistes étaient plus occupés à éviter le sorpasso de Podemos qu’à remplir leur rôle au sein de l’opposition. Le discours virulent du parti d’extrême-gauche -se qualifiant de «vraie gauche»-, a laissé ceux de Ferraz (siège du PSOE) dans une crise dont ils ont mis deux années à sortir, avec l’accès de Pedro Sánchez à la Moncloa.

En 2019, ce fut au tour de la droite : l’irruption en force de Vox, et de leur stratégie visant à stigmatiser le PP de « droite lâche », a laissé ce dernier en position de faiblesse. Les conservateurs, plus que touchés après les scandales de corruption tels que le « caso Gürtel », ont vu leur discours modéré, affiché durant les années Rajoy, perdre de plus en plus de terrain. Le ton dur que José María Aznar, ex-président du PP, affichait à l’époque est revenu à la mode.

À Génova -siège du PP-, les dirigeants se sont retrouvés dans l’impasse. Dès son élection, Pablo Casado, le nouveau leader de la droite, choisit de maintenir la ligne aznariste, entamant une compétition avec Vox pour voir qui aura le plus d’impact. Et en leur tendant la main, aussi, par l’intermédiaire de pactes dans différentes régions, qui n’ont fait qu’accroître la dépendance du Parti Populaire vis-à-vis du parti d’extrême droite.

La situation a changé en octobre 2020. Vox présentait une motion de censure contre le gouvernement de Pedro Sánchez, et Casado a créé la surprise. Dans un discours étonnamment critique, il a démenti son soutien à Santiago Abascal et à ses partisans, ouvrant la voie d’un retour à la modération… qui n’a pas duré longtemps.

Pendant ce temps-là, à Madrid, Isabel Díaz Ayuso n’a jamais fait preuve d’une once de modération. Rejetant le virage au centre de Casado, elle choisit de favoriser le rapprochement avec Vox à nouveau, mettant en sérieuses difficultés la cohérence du discours du PP.

Et comme si cela ne suffisait pas, le leadership de Casado a été remis en question ces derniers jours. Ayuso a interpellé le roi Felipe VI dimanche dernier, l’exhortant à ne pas signer les grâces accordées aux politiciens catalans condamnés pour le procés. Des déclarations qui ne peuvent être interprétées que comme un mépris de la Constitution, celle-là même que Génova a tenu à défendre dans tous ses principes, en ignorant les fonctions qui correspondent au monarque (art. 62). La réaction de Casado et des secteurs conservateurs, désavouant les propos d’Ayuso, ajoute une contradiction de plus à la liste du PP.

Le Parti Populaire vit son propre Dr. Jekyll et Mr. Hyde. Les discours perdent ou gagnent en modération selon les interlocuteurs : une question de temps avant qu’un tel mélange ne devienne incontrôlable. L’absence d’un leadership fort laisse le PP avec des fondations chancelantes. Pablo Casado n’a toujours pas de ligne définie, et si à certains égards, cela pourrait s’avérer être un avantage, au moment de vérité cela pourrait lui jouer de mauvais tour.

Manuel Gualix

Traduction : Mattias Corrasco

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email