Le média spécialisé sur l'actualité de l'Espagne

EURO 2020 : L’ESPAGNE REMANIÉE ATTENDUE AU TOURNANT

À quelques heures de lancer son Euro, les perspectives de la Roja dans la compétition demeurent très floues. L’absence des cadres dans une sélection entièrement remaniée par Luis Enrique, les mauvais résultats lors des précédentes compétitions et la préparation chaotique de l’équipe permettra difficilement de fonder des espoirs sur la Selección .

 La période 2008-2012, durant laquelle l’Espagne a été sacrée deux fois championne d’Europe et une fois championne du monde, paraît très loin. En pleine reconstruction, la Roja et son sélectionneur, Luis Enrique, auront tout à prouver et bénéficieront d’un groupe facile pour se relancer.

Lors de cet Euro 2020, l’Espagne affrontera la Suède (14/06), la Pologne (19/06) et la Slovaquie (23/6). Logiquement favorite du groupe E, la performance de la Roja durant la phase de groupe sera observée de près. Le sélectionneur espagnol est attendu au tournant par les journalistes espagnols et les supporters madrilènes : les choix de Luis Enrique dans la liste des joueurs emmenés pour la compétition ont été source de polémique.

Luis Enrique dit non au Real Madrid

La nouvelle a fait grand bruit. Pour la première fois depuis la création de la Coupe du Monde et de la Coupe d’Europe -respectivement en 1930 et 1960-, aucun joueur du Real Madrid n’a été convoqué. Ni même le capitaine emblématique de la sélection, Sergio Ramos, Luis Enrique justifiant son absence par les nombreuses blessures dont le défenseur central a été victime cette saison. Pour la même raison, Dani Carvajal, défenseur latéral du Real Madrid, a été laissé sur la touche.

Une préparation surréaliste

Les préparations de compétition chaotiques sont devenues une habitude depuis quelques années pour l’équipe d’Espagne. En 2016, la préparation de l’Euro était perturbée par les accusations d’agressions sexuelles à David De Gea, relaxé en août de la même année. Deux ans plus tard, pour la Coupe du Monde en Russie, le sélectionneur David Lopetegui était limogé par la Fédération Royale Espagnole de Football (RFEF) à 48 heures du premier match de la Roja, laissant présager un parcours catastrophique, l’Espagne étant éliminée en huitièmes de finale par l’équipe du pays hôte.

Cette année, la pandémie de COVID-19 est venue déjouer les plans de Luis Enrique. Suite au test positif de Sergio Busquets (FC Barcelone), les joueurs ont été mis à l’isolement. Le sélectionneur fut contraint de convoquer des internationaux espoirs, et 11 joueurs, ainsi que 6 renforts se sont entrainés durant plus d’une semaine dans une bulle à part du groupe. Si la situation est revenue à la normale, quid des séquelles sur le groupe ?

 

Pour cette compétition, Luis Enrique a fait le pari de la fraîcheur : la Roja est la cinquième équipe la plus jeune du tournoi, avec une moyenne d’âge de 26,5 ans. Mais c’est également la quatrième équipe la plus « fatiguée » de l’Euro, avec en moyenne 2.279 minutes disputées par chaque joueur cette saison. Reste donc à voir si le manque d’expérience et la fatigue accumulée de la saison ne joueront pas de mauvais tours à la Roja.

En tout cas, Luis Enrique reste confiant : « Nous pouvons gagner cet Euro », déclarait-il au média BeSoccer.

 

Mattias CORRASCO

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email