Le média spécialisé sur l'actualité de l'Espagne

ÁNGEL NIÑO : “MADRID DEVIENDRA LA CAPITALE EUROPÉENNE DE L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE”

Pas encore la quarantaine, l’anglicisme facile lorsqu’il parle de ce qui le passionne, un sourire figé se devine derrière le masque. Loin de l’apparatchik, Ángel Niño est un nouvel animal politique. Ancien chef d’entreprise, grand promoteur du modèle start-up, et passionné de High Tech, le natif de la petite ville de León s’est lancé un défi : faire de Madrid la capitale européenne de l’Intelligence Artificielle.

C’est la première fois que la mairie crée un poste d’adjoint à l’innovation et à l’entreprenariat ; domaine qui, jusqu’à présent, avait toujours été laissé aux mains des Administrateurs de la ville. Du quasi sur-mesure pour l’ex-entrepreneur en High Tech qui a su enfiler le costume d’homme politique.

L’objectif est ambitieux, mais la tâche est rude… Car si l’Espagne figure actuellement dans le top 5 des puissances européennes, Madrid est encore très loin d’Amsterdam, Berlin ou bien Paris. Comment passer du néant à l’apogée ? Pour attirer les talents et les investisseurs, Ángel Niño choisit la politique des petits pas. « La phase zéro consiste à poser les fondamentaux ». C’est le sens du « Cluster d’Intelligence Artificielle », mis en place en juin dernier. Reposant sur l’idée d’une cohésion de la totalité des agents de l’écosystème du High Tech (entreprises, start-up, fonds d’investissement, étudiants, et universités), sa création a déjà porté ses fruits : notamment en matière touristique, où les agents sont entrain de plancher sur une application d’assistance virtuelle. Mais aussi d’écologie, avec la recherche de solutions alternatives à l’impression des factures. La phase à venir, prévue pour 2021, est celle de la création d’un centre d’Intelligence Artificielle, le premier en Espagne, fondé sur le modèle de la Station F à Paris.

« Demain, toute l’organisation d’une ville devra être vue sous le prisme de l’IA ». C’est ce qui passionne Ángel Niño. Car plus Madrid aura l’ambition de devenir une smart city, plus l’Intelligence Artificielle incarnera un rôle central. Et pourquoi pas lui, également. « Madrid est en phase de devenir une ville intelligente, mais elle ne l’est pas encore ». L’objectif est fixé pour 2023, la fin du mandat. D’ici-là, il compte équiper la ville de plus de capteurs –elle en compte déjà 6000- notamment en matière de ramassage des déchets, afin de créer des poubelles intelligentes autonomes et connectées capables de prévenir le service de collecte des ordures avant le débordement des bennes. Une grande avancée puisqu’elles permettront d’optimiser les déplacements des camions à ordures. Entre temps, il a doté le Mercamadrid -principale plateforme en Espagne de distribution, de commercialisation, et de logistique de produits frais- de la 5G. Un véritable avantage compétitif pour les entreprises installées sur le site, affirme-t-il, car cela leur permet de déployer une stratégie digitale en temps réel..

 

Un projet aussi ambitieux sera-t-il possible sur la durée d’un mandat ? Il a un bon pressentiment. « Les bases sont posées » affirme-t-il, déterminé. Car derrière son look décontracté, ses cheveux en bataille et sa cravate desserrée, l’adjoint à l’innovation et à l’entreprenariat est très ambitieux. Difficile donc d’imaginer que, pour l’entrepreneur natif de León venu à la conquête de Madrid, la politique ne soit qu’une parenthèse.

 

Mattias Corrasco

 

 

 

 

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email